DOMUNI UNIVERSITAS

Identité et Dialogue

Opportunité dans l'adversité: les quatre religieuses tuées au Yémen.

Opportunité dans l'adversité: les quatre religieuses tuées au Yémen. 11 avril 2016

L'article est d'abord apparu en Anglais: Les références de cet article en Français renvoient à des textes en Anglais.

Quand les nouvelles ont atteint les communautés chrétiennes à travers le monde, principalement par le biais des plates-formes de médias sociaux, les gens en étaient estomaqués. La raison de ce niveau de colère est le fait que "[ces sœurs] servaient tous les pauvres, indépendamment de leur religion. Leur devoir était d'aider les pauvres, "[comme] un représentant du Vicariat apostolique d'Arabie du Sud l’a dit [à l'Agence Nouvelles catholique]». Cela rend complètement absurde leur mort dans les yeux de beaucoup de gens.

Bien qu'aucun groupe spécifique n’ait revendiqué l’abject agissement, il a été pensé que c’était un acte de terrorisme par Daesh, le groupe qui se donne le nom de l’Etat Islamique. Al-Qaïda a nié l'acte. En effet, «Ansar al-Sharia, un groupe de coordination pour les militants d'Al-Qaïda au Yémen, a déclaré ne pas être responsable de ces attaques. Il a mis en garde les journalistes et les a invités à éviter de déclarer qu'il est responsable ". Il faut souligner que "Aden est descendu dans l'anarchie après qu’une coalition dirigée par l'Arabie ait repris la ville des mains des rebelles chiites Houthis l'été dernier. La guerre civile du Yémen a divisé le pays en deux. La région du Nord, où les rebelles chiites sont en contrôle, a été frappée par une grande campagne aérienne d’une coalition dirigée par l'Arabie. La région du sud, qui est contrôlé par le gouvernement reconnu internationalement soutenu par l'Arabie Saoudite, souffre d'un vide de pouvoir et de la sécurité ".

Un fait qui n’est pas toujours mentionné est que de nombreux pays occidentaux soutiennent le groupe sunnite représenté par la coalition dirigée par l'Arabie. BBC a écrit que «les efforts de la coalition sont soutenus par la Grande-Bretagne et les États-Unis. Les deux pays continuent de vendre des armes à l'Arabie Saoudite, et fournissent à la coalition dirigée par l'Arabie avec les officiers de liaison et un soutien technique". Le nombre de victimes est également élevé, mais cela est tout à fait ignoré par l'opinion publique dans le monde entier. Beaucoup de vies civiles ont été perdues à cause de cette coalition. Human Rights Watch affirme qu’«au moins dix frappes aériennes menées par une coalition dirigée par l’Arabie Saoudite au Yémen ont transgressé les lois de la guerre et ont tué des civils». Une fois de plus, le pétrole et la soif du contrôle ont conduit ce pays dans un chaos qui a créé une anarchie qui permet à ces groupes extrémistes de faire ce qu'ils veulent. Ainsi, l'indignation devrait déjà avoir été là pour toutes les autres vies innocentes perdues sous les bombes de la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite et soutenue par l'Occident ou par les actes des rebelles Houthis.

Certains journaux ont même deviné que la motivation aurait été de tuer ces religieuses parce qu'elles étaient chrétiennes, une supposition que beaucoup pourraient aussi penser qu'elle a été adoptée par le Pape François quand il a appelé ces religieuses des martyres. En effet, Mgr Paul Hinder, évêque de la région, a déclaré que «pour [lui], il ne fait aucun doute que les sœurs ont été victimes de la haine - la haine contre notre foi. [Il a dit, se référant à la prière des religieuses utilisées pour prier chaque jour, que les] Missionnaires de la Charité sont morts en martyrs: comme des martyrs de la charité, comme des martyrs parce qu'elles ont été témoins du Christ et ont partagé le sort de Jésus sur la croix ".

Mais l'utilisation du mot «martyrs» par le pape provient d'un contexte totalement différent. Le site Web du Vatican relate les mots utilisés par le Pape François. Il a dit que « [ces sœurs] sont les martyrs d'aujourd'hui! Elles ne peuvent pas être sur la couverture d'un magazine ... '[elles ne] peuvent même pas faire les nouvelles dans les médias, mais elles ont donné leur sang pour l'Eglise. Ces personnes sont victimes de l'attaque de ceux qui les ont tuées et de l’'indifférence aussi, de cette mondialisation de l'indifférence, qui ne s’en soucie pas ... » Cependant, cela ne signifie pas que le pape pense que ces tueries n’avaient rien à voir avec la haine religieuse d'un groupe islamiste. Mais, il serait trop tôt de sauter aux conclusions avant qu'une enquête approfondie ne soit faite. Ce qui est sûr pour toute personne clairvoyante et sage est qu'aucune des grandes religions du monde n’invite ses membres à tuer des innocents, sans parler des personnes innocentes qui aident les personnes âgées. En effet, il est impensable d'imaginer que quiconque se réjouirait à tuer des femmes religieuses qui s’occupent des personnes âgées dans n’importe quelle religion du monde.

Au Rwanda, l'Eglise Catholique a communiqué cette douloureuse nouvelle par un message de Mgr Mbonyintege Smaragde. La triste nouvelle est que cela n'a pas été utilisé comme une occasion de dissiper tous les soupçons des catholiques rwandais non-informés sur la religion de l'Islam. C’est vraiment une chose déplorable quand les gens ne saisissent pas une opportunité de ce genre, même si c’est une triste occasion, pour résoudre les problèmes liés aux différences. Dans la plupart des pays africains, les chrétiens connaissent l'Islam à partir de ce qu'ils voient à la télévision ou entendent à la radio. En fait, la plupart des chrétiens ne semblaient pas intéressés à l'Islam jusqu'à très récemment. Avec beaucoup de gens en Afrique ayant un accès à des chaînes d'information internationales, il est évident que les connaissances qu'ils obtiennent sur l'islam sont pour la plupart du temps à propos des problèmes actuels au Moyen-Orient, au Nigeria, au Mali, au Kenya et en Somalie. Peut-être qu'il est temps que l'Église en Afrique commence à donner à ses fidèles la bonne image de l'Islam, celle que nous trouvons dans le Magisterium de l’Eglise. Parce que l'initiation à l'Islam par les médias, est aussi mauvaise que l'initiation à l'Eglise Catholique par certaines chaînes françaises, surtout quand il y a des cas de prêtres pédophiles en cours. Si nous devrions accepter l'image de l'Islam qui est donnée par les médias comme une religion de terroristes, quel catholique aimerait être présenté au monde comme un membre d'une église dont les chefs de file forment par un groupe de pédophiles? Cela n’est pas ce qu’est l'Église catholique et l'Islam n’est pas une religion de terroristes.

Nous savons que le dialogue islamo-chrétien a officiellement commencé pour l'Église catholique quand elle a parlé positivement de l'Islam et d'autres religions dans ses documents du Second Concile du Vatican II. Les années 60 ont été en effet un temps d'ouverture aux gens d'autres religions. En effet, «depuis les années 1960, certaines institutions religieuses ont pris un intérêt dans le dialogue interreligieux. En particulier, de nombreuses confessions chrétiennes ont fait des déclarations au sujet de leur attitude à l'égard d'autres religions. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les églises chrétiennes ont été, même si prudemment, à l'avant-garde de cette évaluation positive des autres religions. L'appel d'Hitler à «l'enseignement du mépris» du christianisme pour les Juifs pour justifier l'assassinat de deux tiers des Juifs d'Europe a beaucoup secoué de chrétiens dans leurs fondements moraux. La fin de l'empire a conduit de nombreux dirigeants chrétiens à se repentir de la désinvolte hypothèse que la participation de leur religion dans l'entreprise impériale avait été un bien immaculé».

Alors, n’est-il pas temps pour les évêques africains de saisir cette triste occasion d'enseigner la vraie doctrine de l'Eglise sur l'Islam? Vont-ils attendre d'avoir plus de groupes comme les Anti-Balaka Centrafricains pour commencer à enseigner sur la manière dont les relations entre chrétiens et musulmans sont vues par l'Eglise Catholique?

Les sœurs catholiques qui ont été tuées au Yémen savaient qu'elles faisaient face à un danger dans cette région. Il est connu que "les religieuses [missionnaires] de la Charité avaient été précédemment attaquées au Yémen en 1998, lorsque des hommes armés ont tué trois religieuses dans la ville de Hodeida, un port de la mer Rouge", mais elles n’ont pas abandonné les personnes âgées dont elles s’occupaient. Les sœurs ont vécu le dialogue de la vie. Les Irlandais définissent ce dialogue comme "[un dialogue lorsque] les gens cherchent à vivre dans un esprit ouvert et de bon voisinage, la vie de tous les jours de bien vivre avec l'autre, d'être de bons voisins et de vivre en paix et en harmonie ». Elles vivent également le dialogue d'action. Ce dialogue c’est lorsque les gens "travaillent ensemble pour promouvoir et préserver la paix, la liberté, la justice sociale et les valeurs morales".

Après avoir perdu une sœur (religieuse) de ma paroisse natale, je pourrais être en colère et me laisser prendre par l’émotion qui évidemment aveuglerait mon esprit et m’empêcherait de voir le tableau d'ensemble. Je pourrais aussi me ressaisir et de réfléchir sur les possibilités qui sont nés de ces tristes circonstances. L'Holocauste et la contribution au projet colonial par l’Eglise ont ouvert ses yeux et lui ont permis de parler aux juifs et aux musulmans aujourd'hui. La mort des quatre sœurs, Reginette, Marguerite, Anselme et Judith me pousser éventuellement à intensifier les efforts de mon intention de propager l'enseignement de l'Eglise catholique sur le dialogue et la coexistence islamo-chrétiennes. L'Église en Afrique ferait-elle pas une grande chose si elle saisissait cette occasion dans cette adversité tragique? Et comme le New World Encyclopedia écrit: "beaucoup (mais pas toutes) les églises chrétiennes ont une structure d'autorité (la papauté dans le catholicisme romain, par exemple) qui se prête à la diffusion de déclarations officielles que leurs membres prendront très au sérieux. Ce ne sont pas toujours le cas ailleurs. Il est difficile, par exemple, de définir une telle structure clairement acceptée même dans les deux autres grandes religions monothéistes, le Judaïsme et l'Islam ".

Donc, ce que cela signifierait ne serait-il pas que nous, en tant que catholiques, avons une occasion considérable à l'échelle mondiale pour devenir les champions de la coexistence interreligieuse?

Utilisons cette adversité comme une occasion de découvrir la véritable image des autres religions et d'entrer dans un dialogue fructueux avec eux comme les quatre sœurs tuées l’avaient fait. Ce serait la meilleure façon de rendre hommage à leur travail et à leur vie du dialogue.



« Le plus récent Le plus ancien »