DOMUNI UNIVERSITAS

Identité et Dialogue

Les Talibans contre Malala: un phénomène musulman?

Les Talibans contre Malala: un phénomène musulman? 17 février 2015

Ce dessin de Malala a été faite par Michael Cross.

Il y a quelques semaines, Malala Yousafzai, une jeune musulmane pakistanaise a remporté le Prix Nobel de la Paix aux côtés d'un militant indien des droits des enfants, Kailash Satyarthi. Le nom de cette fille, Malala, était déjà devenu emblématique quand elle a survécu à une attaque menée contre elle par les talibans pakistanais. Il est nécessaire de souligner que Malala est une jeune femme musulmane, un aspect de son identité qui est minimisé par les médias traditionnels qui, curieusement, n’hésitent pas à mettre en évidence l'identité musulmane des Talibans lors des débats à leur sujet. Cela contribue à l'islamophobie et aux stéréotypes des musulmans comme régressifs. Quelques mois avant la remise du Prix Nobel de la Paix, un groupe appelé Boko Haram, opérant principalement au Nigeria, avait kidnappé plus de 200 jeunes filles d'une école dans une petite zone de Chibok. Le nom du groupe signifie: l'éducation occidentale est interdite. Pour un temps, le monde entier était consterné par ce qui est arrivé, mais avec le temps il était autant indifférent qu’il l’est à propos de ma chambre en désordre (manière de parler)!


Le fait que ces deux cas, c’est-à-dire le casse-tête aux Talibans causé par la lutte de Malala pour l'éducation des filles et les actes odieux de Boko Haram, s’articulent autour du monde musulman, fait que beaucoup de gens associent l'Islam à des idéologies misogynes. Il est également important de mentionner les islamistes extrémistes qui pensent que Dieu n'a jamais voulu que les femmes sachent autant que les hommes, parce que soi-disant les femmes sont inférieures aux hommes et par conséquent elles n’ont pas besoin d'aiguiser leur intelligence. Mais est-ce vrai?


Larbi Sadiki, 'un spécialiste en matière de démocratisation, révolution et transitions arabes [a écrit que] le premier commandement de l'Islam donné au Prophète Muhammad était de « lire »; "Lis au nom de ton Seigneur"'. Il va plus en disant que «la lecture et l'écriture appartiennent au « génie »des activités interdisciplinaires sur lesquelles l’Islam insiste à plusieurs reprises. La lecture, l'écriture et le raisonnement font tous partie intégrante du mode de vie de l'Islam. On peut donc dire que la religion de l'islam implique l'éducation depuis ses débuts.


Farah Onaid nous dit, en soulignant le rôle considérable joué par Aïcha en sciences islamiques, que «Aïcha [ou Aisha] Binte Abu Bakr, la plus jeune épouse du Prophète Muhammad (psl), était très talentueuse et avait une mémoire incroyable. Comme une intellectuelle musulmane, elle est créditée d’avoir raconté plus de deux mille hadiths et a été remarquée pour son enseignement à des éminents savants. Elle avait un grand amour pour l'éducation et est devenue connue pour son intelligence et son sens aigu du jugement. Sa vie justifie également qu'une femme peut être une érudite, exercer une influence sur les hommes et les femmes et leur fournir l'inspiration et le leadership. " Mais Aïcha n’était pas la seule à enseigner comme femme musulmane au cours de ces siècles.


Mehrunisha Suleman et Afaaf Rajbee écrivent que «Fatima Al Batayahiyyah, une érudite du 8ème siècle, a enseigné le célèbre travail de Sahih al Boukhari à Damas. Elle était connue comme l'un des plus grands savants de cette période, cela s’est démontré en particulier pendant le Hajj lorsque d'éminents universitaires de sexe masculin de ce temps ont afflué de loin pour l'entendre parler en personne. [En outre] Zainab bint Kamal, a enseigné plus de 400 livres de Hadith au 12ème siècle. Ses «nombreux chameaux » chargés de textes attiraient de nombreux chameaux « chargés » d’étudiants. Elle a été une enseignante naturelle, présentant la patience exceptionnelle qui a gagné les cœurs de ceux à qui elle a enseigné. Avec une telle réputation intellectuelle magistrale, son sexe n’était pas un obstacle à son enseignement dans certains des plus prestigieux instituts universitaires à Damas. » Il pourrait nous intéresser de savoir que la plus ancienne institution d'étude continuellement opérationnelle existante, l'Université de Karueein (al-Qarawiyin), a été fondée par une femme musulmane, Fatimah bint Muhammad al-Fihri à Fez au Maroc. (Esposito, John 2003. The Oxford Dictionary of Islam. Oxford University Press. p. 253.)


Lorsque les talibans ont pris le pouvoir au Pakistan et en Afghanistan, ils ont complètement ignoré ces faits et ils ont enseigné que les femmes n'étaient pas autorisées à faire des études comme les hommes. Jon Henley a écrit que « l'éducation des filles est une cible particulière: au début de 2009, lorsque les talibans ont pris le contrôle de la vallée de Swat, dans la province de KP, ils ont carrément interdit la scolarisation des filles, forçant 900 écoles à fermer ou à arrêter la scolarisation des élèves de sexe féminin ». Bien que la règle était plutard relaxée pour permettre aux filles de fréquenter l'école jusqu'à l'âge de dix ans, dans le district de Swat seulement, environ 120 000 filles et 8000 femmes enseignantes ont cessé d'aller à l'école ». Après la défaite des talibans en Afghanistan, la loi sur l'élimination de la violence contre les femmes (the Law on Elimination of Violence against Women : EVAW) a été adoptée en 2009 par le ministère de la Justice. Son article 35 stipule que «si une personne interdit à une femme le droit à l'éducation, au travail, à l'accès aux services de santé ou d'exercer d'autres droits prévus par la loi, compte tenu de la circonstance, le délinquant doit être condamné à l'emprisonnement à court terme n’excédant pas six mois ".


Réfléchissant sur ces références qui attestent le rôle joué par les femmes dans la vie éducative islamique depuis la naissance de l'Islam, on peut conclure que Boko Haram, les talibans et tant d'autres groupes islamistes représentent une compréhension erronée de la volonté du Prophète Muhammad (psl). La triste réalité que les gens mal informés fusionnent les actions des extrémistes avec les moyens islamiques véritables et authentiques de traiter les femmes devrait nous inviter à encourager tous ceux qui, comme Malala, mettent leur vie en danger pour défendre les femmes. C’est aussi un appel à réévaluer d'autres traditions religieuses et examiner le rôle qu'ils réservent aux femmes. Une réalité qui pourrait nous étonner à plusieurs niveaux est le fait que l'Islam est en avance par rapport aux autres religions en matière de donner aux femmes le droit de prendre des décisions au sujet de leurs droits religieux, qui comprennent également l'éducation.


 



« Le plus récent Le plus ancien »